mots

Je ne sais plus si j’avais poste ca:


On pourra m’enfermer

Me bourrer de drogues

Qui ne me feront plus penser

Mais je n’ai pas besoin de penser

Pour savoir que je t’aime

Ils peuvent m’emmener loin de toi

Mais je te possède en moi

Ton âme m’appartient déjà

Un jour ce sera ton corps

Dont je me nourrirai

Je sortirai de cette pièce

Seule vision du monde qui m’est autorisée

Assis et tremblant je ne suis fou que d’une chose

D’amour pour toi

Pour cela je sortirai d’ici

A nouveau tu seras mienne

Je te posséderais

Pour un dernier repas

Je me délecterais

De ta chair, amour

Absurdite americaine

C’est bas, c’est moche et ingrat.

C’est Republicain.

Ca vient d’ici

COLUMBIA, Mo., Sept. 7 – Stepping up the battle over national security, Vice President Dick Cheney warned on Tuesday that the country would be at risk of a terror attack if it made “the wrong choice” in November, and President Bush accused Senator John Kerry of adopting the antiwar language of his Democratic primary rival Howard Dean

[…]”

Voter Kerry, c’est voir de nouvelles attaques s’abattrent sur les Etats-Unis.

What’s next?

Votez Kerry, et vous allez grossir.

Votez Kerry, et vos enfants auront la rage.

Votez Kerry, et vos burgers seront moins bons.

Him and Her

La fuite est finie, enfin…

…pour le moment

Ils se parlent sans ouvrir la bouche. Leurs regards echanges sont suffisament intenses pour qu’ils n’aient pas a user de leur salive.

Elle, la robe blanche dechiree, tachee, poussiereuses. Quelques traces de sang deci-dela. La course dans les graviers de la cour lui a egratinee les pieds.

Lui, le t-shirt blanc dans le meme etat, transpirant comme elle, un jean qui n’en a plus que le nom. Il la regarde avec le meme regard qu’elle.

Ils savent tous les deux que leur repis ne sera que tres court. Qu’il faudra recommencer a courir, a eviter les balles et la mort qui vient avec. Mais pour l’instant, un peu de repos.

Dans cette minuscules piece aux murs de toles, surchaufee et poussiereuse. Les odeurs de moisie et de poisson pourrie melees ne les derangent pas. Pour seul mobilier, les deux chaises sur lesquelles ils sont assis, face a face. Une ampoule equipee d’un abat-jour en tole pend du plafond et arrive un peu au dessus de leur tete, entre eux, eteinte. Les rayons de la Lune ne peuvent qu’eclairer maigrement la piece via ses petites fenetres trop fines et trop hautes.

Ils se regardent encore, et s’expriment l’un a l’autre ce que les mots ne sauraient pas dire. Ils ont les memes sensations, les memes douleurs, les memes reactions aux bruits des gardes autour de la cabane du bord de plage.

Un voyage de noce qui debute mal, pense-t-il un instant. Elle semble sourire au meme moment, bizarrement. Mon dieu il l’aime tellement. Il ne veut pas la perdre, surtout pas comme ca. Il tient encore dans les mains le Colt qui lui a sauve la vie, a elle, celui avec lequel il a dut tuer pour la premiere fois. Leurs regards se quittent un instant. Il regarde son alliance. Songe a tout ce qu’il va peut-etre perdre. Puis il pense a tout ce qu’il va peut-etre recuperer. Son fils (ou sa fille) pas encore ne de 7 mois environs, leur appartement a New York, la balade en scooter (des mers) de demain. Il reprend courage. Il se sent capable d’affronter la situation. D’etre un homme, dans toutes ses dimensions.

Il releve la tete, determine. Ils plongent dans leur regards mutuels. Elle fait un signe de tete, elle a compris.