mots

“Alors c’est ce qu’ils t’ont dit

Et tu les as crus jusqu’au bout

Il ne t’est pas venu a l’esprit

Qu’un jour tu aurais tes propres yeux

Qu’un autre jour tu auras tes decisions

Que tu vivras pour toi et pas pour eux

Mais ce que tu savais pas a ce moment la

C’est que c’est pas toi qui choisi

Meme ce qui te semble etre ce qui te plait

C’est en fait ce que eux veulent

Et tu le fais quand meme, parce que apres tout,

C’est peut etre toi qui est anormal

C’est peut etre toi qui ne pense pas comme les autres

Qui ne ressens pas comme eux

Mais c’est dur a admettre je sais

A la base c’est meme dur de comprendre

Alors on nie et on se sent mieux

On fait comme tout le monde et c’est tout

Mais le jour ou tu feras comprendre aux autres

Que c’est toi qui mene ta barque

Alors la oui, tu pourras le dire

Libre et independant. Sauvage.”

Lu sur b3ta:

“We were in this pub once,

and they had flat touch-screen thingies on the table, so you could order your food, and drinks, and stuff like that.

you could also play movies, in what seemed like a shell of Windows Media Player, so I said to my mate (who was driving, therefore sober) “See if you can right-click it, to make it full screen.”

He held his hand up to the screen, and extended his little finger, and then thought “oh fuck,” while my friends and I rolled around in laughter.

Well, it was funny at the time. Really.”

…C’est peut etre pas drole mais moi ca me fait rire au moins!

Dee Dee Bridgewater – Love For Sale

Avec CoAX, on revient du concert de Dee Dee Bridgwater au Blue Note.

Un pure moment de plaisir, une visite des loges, on tape la discute avec le percusionniste, et avec Dee Dee. Elle est trop cool, mais je vous raconte tout ca plus tard dans un article, photos a l’appuie.

Putain d’bonne soiree.

mots

Des mots bien serrés, en caractères d’imprimerie
Ils sont noirs sur fond brillant, très beaux
Structurés en lignes, ponctués et rebondis
Mais l’histoire qu’ils décrivent est une toute autre histoire.

Il y est question d’aimer ou de ne plus aimer
D’un marasme affectif que tout oppose aux mots contenants
Une ligne de vie incertaine ponctuée de malheurs certains
Et les mots s’enchaînent parce qu’on ne peut jamais faire demi-tour
Si seulement.